le syndrome ian banner7.jpg

"Troisième volet consacré à l’exploration des pratiques de danses anonymes confrontées à la notion d’auteur, le syndrome ian accueille des souvenirs de clubbing et de la nuit. 
Ni hommage, ni reconstitution. 1979, première sortie en discothèque. Alors que la planète vibre sous le son du disco et de ses adeptes d’une danse ondulatoire et lanscinante, l’Angleterre voit naître une musique sombre et poétique rythmée par des corps électriques, angulaires et saccadés. Entre solitude et communauté, quels vestiges de ces corps (peut-être) contradictoires me reste-t-il aujourd’hui, alors que nous tentons encore, quoiqu’il arrive, de danser sur les ruines d’une nuit à jamais dissipée ? 
Le syndrome ian réunit neuf danseurs dans une vibration collective où le tempo se distribue entre physicalité des sub-bass et abandons mélodiques, en écho filtré à la poésie de Ian Curtis."
— Christian Rizzo, mai 2016

Discover more here